LA PHARMACOPÉE CHINOISE

ORIGINE DE LA PHARMACOPÉE CHINOISE

Pharmacopée01Expérimentée depuis plus de 3 000 ans, la pharmacopée chinoise recèle quelques milliers de substances, dont environ 300 sont d’usage courant.

La tradition médicale chinoise rapporte que le premier des herboristes fut l’empereur légendaire SHEN NONG, qui étudia les plantes vénéneuses et leur contre-poison, classa et décrivit les propriétés de 365 drogues (végétales, animales et minérales). Les plus anciens livres traitant de cette spécialité sont :

  • HUANG DI NEI JING SU WEN (Classique de l’Interne attribué à l’empereur mythique HUANG DI).
  • SHANG HAN LUN (traité des coups de froid) de SHANG ZHONG JING 150/219.
  • BEN CAO GANG MU (Materia Medica) de LI SHI ZHEN 1518/1593.

Ces textes font toujours autorité.

PRINCIPES DE LA PHARMACOPÉE CHINOISE*

Alors que l’acupuncture sert à maintenir ou à recouvrer la santé de l’organisme par une stimulation de ses fonctions, la pharmacopée chinoise conceptualise les effets de la thérapeutique médicamenteuse sur les fonctions de l’organisme et vise à traiter directement les signes de la maladie.

Selon la Médecine traditionnelle chinoise, le potentiel thérapeutique d’une plante dépend de l’ensemble de ses caractéristiques :

Pharmacopée02

  • sa couleur;
  • sa nature :
    chaude, froide, neutre;
  • sa saveur :
    sucrée, amère, douce, épicée,
    salée;
  • sa configuration :
    forme, texture, teneur en
    humidité;
  • ses propriétés :
    disperser, consolider, purger
    et tonifier.

Prenons l’exemple d’un type d’arthrite qui est aggravée par l’humidité ou la pluie : dans la perspective chinoise, cela est attribuable à de l’Humidité et du Froid dans les canaux. Or la plante Hai Tong Pi, qui pousse en bordure de mer, possède, selon la logique chinoise (et l’expérience d’années de pratique), la propriété de disperser l’Humidité et le Froid. Mentionnons aussi que la propriété de tonification est fondamentale dans cette approche et sert de base à toute entreprise thérapeutique. Ici, « tonifier » veut dire accroître la compétence, l’adaptabilité et la résistance de l’organisme aux facteurs adverses.

La préparation de la plante contribue pour une part très importante à l’effet thérapeutique souhaité : décoction, macération, brûlage, etc. modifient le degré de concentration des principes actifs, et donc l’action tonifiante ou dispersante de la substance.

PHARMACOPÉE CHINOISE ET HERBORISTERIE TRADITIONNELLE / QUELLES SONT LEURS DIFFÉRENCES ?

La différence entre la pharmacologie occidentale et l’herboristerie traditionnelle, c’est que la première mise généralement sur une substance active pour régler un problème alors que la seconde quant à elle, mise sur l’effet conjugué des diverses composantes de la plante. En herboristerie chinoise, plusieurs plantes sont utilisées en même temps afin de profiter de la synergie de plusieurs ingrédients ayant des propriétés proches. Ceci minimise les effets secondaires et néfastes que pourrait causer la prise d’une seule plante en grande quantité.

* L'ensemble des sources viennent pour la plupart du site PasseportSanté.net.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s